Entreprise         Secteur d'activité          
Accueil / Actualité Economique

Côte d'Ivoire : pour réduire le taux de pauvreté, 35 000 ménages bénéficieront d'une allocation trimestrielle



Partager l'article  
Côte d'Ivoire : pour réduire le taux de pauvreté, 35 000 ménages bénéficieront d'une allocation trimestrielle
Businessofafrica.net | 06/03/2018

La Banque mondiale a octroyé à la Côte d'Ivoire une enveloppe de 100 millions de dollars pour la poursuite du projet des filets sociaux dont l'objectif est de réduire le taux de pauvreté dans le pays. Financé sur la période 2015-2020, le projet se décline notamment en une allocution trimestrielle dont bénéficieront désormais 35 000 ménages.


Pour la poursuite du projet des filets sociaux, la Banque mondiale n'a pas hésité à sortir le chéquier. Selon le ministre ivoirien de l'Emploi et de la protection sociale, Jean Claude Kouassi, qui s'exprimait à l'occasion de la phase de mise à échelle pour les 20 000 derniers ménages préalablement ciblés depuis le lancement du projet, l'institution de Bretton Woods a mis près de 100 millions de dollars supplémentaires (environ 50 milliards de francs CFA) à la disposition du pays pour ce projet.

Le projet des filets sociaux productifs est «prévu pour 35 000 ménages, mais nous voulons faire plus et la Banque mondiale a déjà donné 100 millions de dollars à l'Etat de Côte d'Ivoire» pour sa poursuite, a expliqué Jean Claude Kouassi. Le ministre a ajouté que si le projet est exécuté selon les normes, l'Etat ivoirien peut même espérer recevoir davantage de financements de la Banque mondiale.

Notons que le Projet filets sociaux productifs (PFSP) est un projet parrainé par la Banque mondiale qui s'inscrit dans le cadre de la stratégie des dirigeants ivoiriens pour la lutte contre la pauvreté. Il vise à octroyer une allocation trimestrielle aux populations vivant en dessous du seuil de pauvreté.

Le PFSP a été validé suite à une enquête menée par l'Institut national de la statistique (INS) auprès des populations sur la base de critères de pauvreté définis par la Banque Mondiale et devra prendre fin en 2020. Dans sa phase pilote, le projet avait démarré dans les localités de Man, Bouaké et Odienné. Aujourd'hui plus d'une dizaine de localités en profitent.

Un projet sur les rails

« C'est avec une certaine joie et une certaine satisfaction que le projet filets sociaux productifs lancé au mois de mars 2017 a atteint en moins d'un an sa vitesse de croisière avec les 20 000 derniers ménages bénéficiaires », a déclaré Jean Claude Kouassi. Selon lui, le projet filets sociaux est «une opération porteuse d'espérance» qui répond concrètement à l'appel des populations ivoiriennes en situation d'extrême pauvreté.

Les 36 000 francs CFA qui sont payés tous les trois mois à ces ménages «valent incontestablement leur pesant d'or dans nos villages qui abritent de nombreux pauvres (...) Il s'agit dans ce projet de donner la chance à ceux qui ont moins de possibilités que nous pour  améliorer leur condition de vie », a ajouté le ministre.

 

Pour la poursuite du projet des filets sociaux, la Banque mondiale n'a pas hésité à sortir le chéquier. Selon le ministre ivoirien de l'Emploi et de la protection sociale, Jean Claude Kouassi, qui s'exprimait à l'occasion de la phase de mise à échelle pour les 20 000 derniers ménages préalablement ciblés depuis le lancement du projet, l'institution de Bretton Woods a mis près de 100 millions de dollars supplémentaires (environ 50 milliards de francs CFA) à la disposition du pays pour ce projet.

Le projet des filets sociaux productifs est «prévu pour 35 000 ménages, mais nous voulons faire plus et la Banque mondiale a déjà donné 100 millions de dollars à l'Etat de Côte d'Ivoire» pour sa poursuite, a expliqué Jean Claude Kouassi. Le ministre a ajouté que si le projet est exécuté selon les normes, l'Etat ivoirien peut même espérer recevoir davantage de financements de la Banque mondiale.

Notons que le Projet filets sociaux productifs (PFSP) est un projet parrainé par la Banque mondiale qui s'inscrit dans le cadre de la stratégie des dirigeants ivoiriens pour la lutte contre la pauvreté. Il vise à octroyer une allocation trimestrielle aux populations vivant en dessous du seuil de pauvreté.

Le PFSP a été validé suite à une enquête menée par l'Institut national de la statistique (INS) auprès des populations sur la base de critères de pauvreté définis par la Banque Mondiale et devra prendre fin en 2020. Dans sa phase pilote, le projet avait démarré dans les localités de Man, Bouaké et Odienné. Aujourd'hui plus d'une dizaine de localités en profitent.

Un projet sur les rails

« C'est avec une certaine joie et une certaine satisfaction que le projet filets sociaux productifs lancé au mois de mars 2017 a atteint en moins d'un an sa vitesse de croisière avec les 20 000 derniers ménages bénéficiaires », a déclaré Jean Claude Kouassi. Selon lui, le projet filets sociaux est «une opération porteuse d'espérance» qui répond concrètement à l'appel des populations ivoiriennes en situation d'extrême pauvreté.

Les 36 000 francs CFA qui sont payés tous les trois mois à ces ménages «valent incontestablement leur pesant d'or dans nos villages qui abritent de nombreux pauvres (...) Il s'agit dans ce projet de donner la chance à ceux qui ont moins de possibilités que nous pour  améliorer leur condition de vie », a ajouté le ministre.

 

Pour la poursuite du projet des filets sociaux, la Banque mondiale n'a pas hésité à sortir le chéquier. Selon le ministre ivoirien de l'Emploi et de la protection sociale, Jean Claude Kouassi, qui s'exprimait à l'occasion de la phase de mise à échelle pour les 20 000 derniers ménages préalablement ciblés depuis le lancement du projet, l'institution de Bretton Woods a mis près de 100 millions de dollars supplémentaires (environ 50 milliards de francs CFA) à la disposition du pays pour ce projet.

Le projet des filets sociaux productifs est «prévu pour 35 000 ménages, mais nous voulons faire plus et la Banque mondiale a déjà donné 100 millions de dollars à l'Etat de Côte d'Ivoire» pour sa poursuite, a expliqué Jean Claude Kouassi. Le ministre a ajouté que si le projet est exécuté selon les normes, l'Etat ivoirien peut même espérer recevoir davantage de financements de la Banque mondiale.

Notons que le Projet filets sociaux productifs (PFSP) est un projet parrainé par la Banque mondiale qui s'inscrit dans le cadre de la stratégie des dirigeants ivoiriens pour la lutte contre la pauvreté. Il vise à octroyer une allocation trimestrielle aux populations vivant en dessous du seuil de pauvreté.

Le PFSP a été validé suite à une enquête menée par l'Institut national de la statistique (INS) auprès des populations sur la base de critères de pauvreté définis par la Banque Mondiale et devra prendre fin en 2020. Dans sa phase pilote, le projet avait démarré dans les localités de Man, Bouaké et Odienné. Aujourd'hui plus d'une dizaine de localités en profitent.

Un projet sur les rails

« C'est avec une certaine joie et une certaine satisfaction que le projet filets sociaux productifs lancé au mois de mars 2017 a atteint en moins d'un an sa vitesse de croisière avec les 20 000 derniers ménages bénéficiaires », a déclaré Jean Claude Kouassi. Selon lui, le projet filets sociaux est «une opération porteuse d'espérance» qui répond concrètement à l'appel des populations ivoiriennes en situation d'extrême pauvreté.

Les 36 000 francs CFA qui sont payés tous les trois mois à ces ménages «valent incontestablement leur pesant d'or dans nos villages qui abritent de nombreux pauvres (...) Il s'agit dans ce projet de donner la chance à ceux qui ont moins de possibilités que nous pour  améliorer leur condition de vie », a ajouté le ministre.

 Source : La Tribune Afrique



Autres articles Les 7 derniers jours


les Appels d'offres
Programme d’Amélioration Durable de la Situation de l’Assainissement et Drainage (PADSAD) de la Ville d’Abidjan en Côte d’Ivoire
SPN – Zimbabwe - Supply of Equipment for PRV and Water Meter Chambers in the distribution network of Harare and Related Services - Urgent Water Supply and Sanitation Rehabilitation Project – Phase II
AOI – Tunisie - Réhabilitation des équipements et des ouvrages de la station d’épuration de Charguia – Projet d’amélioration de la qualité des eaux épurées
AOI – Burkina Faso - Acquisition d’équipements et consommables de laboratoire - Projet Institut Nelson Mandela
AOI – Burundi - travaux de débroussaillage, de terrassement, de construction d’ouvrages hydrauliques, d’assainissement et de construction de chaussée - Projet d’aménagement et de bitumage de la Route Nyakararo-Mwaro-Gitega (RN18)-Phase 2
EOI – Kenya – Consultancy Services for Preparation of Conceptual Design, Tender Documents for Design and Build, and Supervision of the Design and Works for Kapenguria and Chepararia Sewerage Project
EOI – Multinational – Services de consultants relatifs à l’audit comptable et financier - projet d’amenagement de routes (Mugina-Mabanda-Nyanza-Lac et Rubavu-Gisiza) et de facilitation de transport sur le corridor nord-sud, (Phase III)
GPN – Guinée - Projet d’appui à la modernisation du Secteur Financier guinéen - PAMSFI
AAO – Niger - Acquisition d'équipements pour les stations météorologiques - Projet de Développement de l’Information et de la Prospective Climatiques (PDIPC)
AAO – Niger - DOSSIER D'APPEL D'OFFRES - Acquisition d'équipements pour les stations météorologiques - Projet de Développement de l’Information et de la Prospective Climatiques (PDIPC)
› voir plus